La pêche sur l’estuaire de la Gironde

L’estuaire de la Gironde est un des plus vastes d’Europe: son embouchure mesure 12 kilomètres de large! On y trouve le fameux phare de Cordouan. Cet estuaire est alimenté par les eaux de la Garonne et de la Dordogne.

Pibalour sur l'estuaire de la Gironde

Pibalour sur l’estuaire de la Gironde

L’estuaire de la Gironde est le lieu de travail d’une flottille de petite pêche très côtière, composée de bateaux qui sortent à la journée. En 2012, 25 armateurs sont immatriculés à Bordeaux, correspondant à une flottille d’une trentaine de bateaux. Ce sont de petits bateaux peu modernes : leur longueur moyenne est de 7,95 m et ils sont âgés en moyenne de 23 ans. Leur puissance motrice moyenne est de 66 kW.
Les pêcheurs disposent d’un ou plusieurs navires sur lesquels le patron est souvent le seul homme embarqué. Lorsque le pêcheur dispose de plusieurs navires, il exploite chaque navire avec un métier particulier (souvent, un des deux navires est spécialisé dans la pêche de la civelle).

Les entreprises de pêche du quartier de Bordeaux travaillent majoritairement dans l’estuaire de la Gironde. Les navires sont en effet exploités à partir des divers points de débarquement situés sur l’estuaire. Quelques navires de 10 à 12 mètres travaillent  également « à l’océan » (au-delà de la limite transversale de la mer).

Plusieurs types de pêche sont pratiquées par les marins-pêcheurs immatriculés à Bordeaux. Voici les plus courants :

Le nombre d’entreprises de pêche du quartier maritime de Bordeaux a subi une forte régression ces dernières années (- 50 % en 10 ans). Ces entreprises ont très peu de possibilités de diversification. Elles ont un rayon d’action limité et sont donc totalement dépendantes des ressources locales : les migrateurs, le maigre et le céteau. Pour ces entreprises, les efforts entrepris pour la libre circulation des espèces comme pour la fonctionnalité halieutique des milieux aquatiques (frayère, nourricerie) sont vitaux.

Sur l’estuaire de la Gironde cohabitent les pêcheurs immatriculés à Bordeaux et les pêcheurs charentais immatriculés le plus souvent à Marennes. La gestion de la pêche dans cette zone se fait donc en collaboration entre le CDPMEM de la Gironde, le CRPMEM d’Aquitaine et le CRPMEM de Poitou Charentes.