Les fileyeurs

D’une taille moyenne de 16,1 m et d’une puissance moyenne de 263 kW. L’âge moyen de ces bateaux est de 24 ans (année moyenne de construction 1987).

La pêche au filet est pratiquée aussi bien dans le bassin d’Arcachon que dans l’estuaire de la Gironde et à l’océan. Mais les techniques employées ne seront pas exactement les mêmes, en fonction de l’espèce ciblée, du lieu de pêche… On n’utilise pas le même filet pour la lamproie dans l’estuaire que pour le merlu à l’océan !

LE FILEYEUR

Qu’est-ce qu’un filet ?

Les filets sont des engins de pêche passifs, c’est-à-dire qu’ils pêchent en étant posés en mer, et non tractés.

Les filets maillants sont des nappes verticales rectangulaires. Ils sont maintenus en position dans l’eau grâce à des flotteurs fixés sur la corde supérieure, et des lests sur la corde inférieure. Lorsque les poissons rencontrent le filet, ils sont capturés de manière très sélective : les plus petits passent au travers, et les plus gros n’entrent pas dans les mailles. En effet, pour être capturé, le poisson doit passer sa tête dans une maille, et ne plus pouvoir avancer ou reculer car ses ouïes sont prises dans la maille. La taille des mailles permet donc de cibler la taille des captures.

Il existe deux principaux types de filets :

  • le filet droit à une seule nappe.
  • le tramail ou trémail, qui est un filet à trois nappes verticales contigües. Les deux nappes extérieures ont des mailles très larges, tandis que la nappe intérieure a des mailles plus étroites. Les poissons sont capturés par emmêlement dans une poche formée par ces nappes.

Les filets peuvent être posés sur le fond à l’aide de lests : on les appelle alors des filets calés.

Il est également possible de ne pas caler le filet au fond, et de le laisser dériver plus près de la surface : c’est alors la technique du filet dérivant, qui est pratiquée dans les estuaires.

Les filets peuvent être laissés dans l’eau de quelques minutes à plusieurs jours, en fonction de l’espèce recherchée, de la zone de pêche, mais aussi de la météo…

Le saviez-vous ?

Lorsqu’on met le filet à l’eau pour pêcher, on dit qu’on le « file » : cette étape s’appelle « le filage ».

Lorsqu’on récupère le filet à bord, une fois qu’il a pêché, on dit qu’on le « vire » : c’est l’étape du « virage ».

La pêche au filet dans le bassin d’Arcachon :

Dans le bassin d’Arcachon, les espèces pêchées au filet sont principalement la sole, la seiche, et les poissons « brillants » (bar, mulet, daurade, maigre, …), par de petits bateaux qui sortent pour une journée de pêche. Ils utilisent principalement des trémails de fond calés.

Mais il existe également une technique de pêche particulière au Bassin : la pêche au loup !

La pêche au loup se pratique à l’aide d’un filet droit, et cible le poisson « brillant » (dorade royale, marbré, mulets, bar, maigre, …). Cette pêche se pratique toute l’année. Elle consiste à poser le filet de façon à ce qu’il forme un colimaçon à chaque extrémité. De cette manière, les poissons qui longent le filet sont capturés à son extrémité, où le colimaçon agit comme un piège. Le filet reste posé très peu de temps dans l’eau (une dizaine de minutes).