La gestion des pêches

La gestion halieutique :

La gestion des pêches vise aujourd’hui à assurer une exploitation des ressources marines qui ne mette en danger ni la rentabilité économique des entreprises, ni la pérennité et la bonne santé des écosystèmes marins.

Les pêcheurs professionnels sont amplement conscients que les ressources marines ne sont pas inépuisables. Mais nous savons également que les populations de poisson dépendent étroitement de l’état de l’environnement : fonctionnalité des habitats, accessibilité aux sites de pontes, conditions météorologiques… De très nombreux facteurs influent sur la bonne santé des populations marines. La pression de la pêche n’est qu’un facteur parmi d’autres.

C’est pourquoi les professionnels de la pêche, via le CDPMEM 33, sont de plus en plus impliqués dans la défense de la qualité de l’eau et des milieux et participent à des programmes scientifiques pour améliorer les connaissances sur les populations halieutiques et sur le fonctionnement des écosystèmes.

Place du CDPMEM 33 dans la gestion des pêches :

La gestion des pêches n’est pas uniquement du ressort des professionnels localement. Elle est dépendante de nombreuses décisions prises à différents niveaux et impliquant des acteurs politiques, scientifiques et professionnels. La gestion des pêches est organisée à trois échelons différents, expliqués de manière très simplifiée ci-dessous :

  • Échelon international et européen : la gestion des pêches est prise en charge par la Commission Européenne, au sein de la Direction Générale des Affaires Maritimes et de la Pêche.
  • Échelon national : la France doit principalement assurer le respect de la réglementation communautaire et mettre en œuvre les opérations de contrôle nécessaires. Mais il est également possible de mettre en place des réglementations complémentaires, plus restrictives que la réglementation communautaire. C’est principalement le CNPMEM qui agit à ce niveau, en coopération avec le Ministère en charge de la Pêche et celui en charge de l’Ecologie.
  • Échelon régional et local : le CDPMEM 33 travaille en partenariat avec le CRPMEM Aquitaine, ainsi que les services de l’Etat (DDTM 33, DIRM SA, Préfecture de Région, Préfecture de Département) pour la mise en place de réglementations supplémentaires.

Les actions du CDPMEM 33 :

Les professionnels de la Gironde ont souhaité mettre en place des mesures de gestion de la ressource allant au-delà des réglementations européenne et nationale en vigueur : c’est le cas avec la licence de pêche Intra-Bassin, ou encore la mise en place de licences Coques et palourdes contingentées établies en fonction de l’évaluation scientifique du stock local.

Le CDPMEM 33 inscrit certaines de ses actions dans le cadre décrit ci-dessus. En voici quelques exemples :

  • Le Conseil du CDPMEM 33 propose de nouvelles réglementations concernant les pêches dans le département. C’est le cas par exemple de la licence de pêche intra-bassin ;
  • Le CDPMEM 33 gère l’attribution de certaines licences de pêche ;
  • Les professionnels de la pêche sont représentés au sein du COGEPOMI Gironde-Garonne-Dordogne-Seudre-Leyre (Comité de Gestion des Poissons Migrateurs), en charge de la gestion des espèces migratrices dans ce bassin. Il s’agit en particulier de l’anguille (mais elle est aujourd’hui gérée sur un plan national), de la lamproie marine, de l’alose feinte, de la grande alose, et du saumon (ces deux dernières espèces étant interdites à la pêche professionnelle dans le bassin Gironde-Garonne-Dordogne-Seudre-Leyre).
  • Les professionnels du département de la Gironde participent à plusieurs programmes d’acquisition de connaissances sur les populations exploitées. Ce sont des bases indispensables pour une gestion appropriée et partagée des ressources.

En savoir plus: